La foi RasTa

Publié le par sista carol

Impossible de donner une définition et d’expliquer la foi RasTa, tant elle regorge de richesse et de savoir, mais je dois le faire !! Le mieux est tout de même de parler aux RasTas eux-mêmes, de vivre avec eux pour ainsi mieux comprendre leur livity, leur mode de vie.

 

En 1927, Marcus Garvey prononce sa plus célèbre prédiction : « Tournez vos yeux vers l’Afrique où un roi noir sera couronné, car le jour de la délivrance est proche ». 3 ans plus tard, en Ethiopie, le Ras Tafari Makonen (Ras : équivalent de Seigneur) est couronné Roi des Rois, Seigneur des Seigneurs, Lion de la Tribu de Juda, selon la tradition éthiopienne. Il portera alors le nom de Haïlé Sélassié Ier.

Alpha---Omega.jpgHaïlé Sélassier Ier en compagnie de sa femme
 

Le sacre est très médiatisé et l’empereur apparaît en couverture de tous les journaux. L’avènement de Sélassié est perçu par une communauté d’agriculteurs, le Pinacle, comme l’accomplissement de la prophétie de Garvey.

 

Le Pinacle considère Sélassié comme le Messie annoncé, à la fois dans la Bible (Apocalypse) et dans la prophétie de Garvey. Ce dernier est surnommé Mosiah, c’est-à-dire, Moïse. Mais la communauté est très mal vue des autorités jamaïcaines et est dévastée plusieurs fois par la police dans les années 40. Parallèlement, de nombreuses autres communautés apparaissent. Les adeptes, de plus en plus nombreux, surtout avec la visite de Sélassié Ier en Jamaïque en 1966, sont appelés RasTas.

 

La foi RasTa s’inspire de la foi chrétienne : croyance en un Dieu unique (Jah), venue du Messie, terre promise (Afrique-Ethiopie) et de la foi juive : exode du peuple persécuté, diaspora…

 

Les Rastas se retrouvent loin des villes de la Jamaïque pour se retrouver avec la Nature, prier, lire la Bible et chanter des louanges avec des percussions (grounations).

 

Un RasTa, Count Ossie, est à la tête d’un groupe de percussions qui jouent ces chants traditionnels. Ce style particulier prend le nom de Nyabinghy (qui signifie « mort aux oppresseurs blancs et leurs alliés noirs »). Le groupe d’Ossie, le Mystic Revelation of RasTafari, prendra de l’importance dans les années 50 et popularisera ces prières RasTas au monde entier.

mrr.jpgLes Mystic Revelation of RasTafari

   

Les RasTas dénoncent l’hypocrisie du système et de l’Eglise moderne (appelés Babylone, comme dans la Bible). Ils lisent la Bible de manière africaine, et non occidentale, rejetant donc ce que les anglais leur ont enseigné (Jésus blanc, paradis à la mort, etc). L’Afrique et l’Ethiopie sont vus comme la Terre promise (ils portent sur eux les couleurs de l’Ethiopie : vert, jaune et rouge ; et le lion symbolique) dont ils ont été chassés par l’esclavage. L’Afrique est donc le Sion, Zion en anglais (toujours en référence de la Bible). Et la Jamaïque, Babylone, surnommée aussi Jamdown (« down » signifie en bas, vers le bas).

 

rastaman.jpgLes RasTas, comme était l’Homme à la Création, avant qu’il ne soit corrompu, sont très proches de la Nature. Ils ne se rasent, ne se peignent, ni ne se coupent les cheveux (d’où l’apparition de dreadlocks) selon le vœu de Nazaréen dans la Bible (Nombres 6).

 

Ils adoptent un régime alimentaire sans alcool ni fruit venant de la vigne (raisin). Ils ne mangent pas de viande, ni de poisson car refusent de manger de la chair morte (régime végétarien). A l’inverse des principales religions, les RasTas n’ont pas de temple où prier et méditer. Seul le corps est leur temple, d’où cette alimentation saine.

 

Par contre, la consommation d’herbe, la ganja, est un rite sacré essentiel car elle favorise la méditation.

 

Les RasTas refusent de participer à toute machination de la vie quotidienne et au commerce de Babylone. Ils dénoncent le négationisme et la falsification de l’Histoire, dont le peuple noir a été depuis longtemps victime.

 

A partir des années 60-70, le reggae roots (surtout grâce à Marley) a contribué à la diffusion du message RasTa. Mais à la mort de Marley, la foi RasTa a commencé à décliner (notamment avec l’arrivée du digital et du ragga), malgré l’augmentation considérable de RasTas dans le monde.

Pacifiques car porteurs de paix, d'amour, d'espoir, mais aussi revendiatifs et réclamant avant tout la justice, les RasTas ont permis à beaucoup de jamaïcains pauvres (puis par la suite à l'ensemble de la diaspora) de donner une dignité et un sens à leur vie, en restant ancrés dans leurs racines africaines.

Publié dans Autres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article